L’usage des cosmétiques conventionnels pendant la grossesse en question ?

 

 

J’ai toujours eu envie de faire attention à ce que j’appliquais sur ma peau pour en prendre soin. Par conviction j’ai très tôt veillé à choisir des cosmétiques non testés sur les animaux et ma préférence allait à des produits de qualité et qui affichait des ingrédients naturels dès que possible. Quand je suis tombée enceinte, j’ai commencé à me poser d’avantage de question, sans toutefois toujours trouver les réponses à mes questions.
D’après quelques unes de mes lectures, j’avais compris que certains excipients entrant dans la composition de mes cosmétiques étaient à fuir et cela d’autant plus parce que j’étais enceinte, mais c’était bien difficile de s’y retrouver.
Peu de temps après ma première grossesse, j’ai commencé à trouver un peu plus de réponses et surtout j’ai appris qu’une réflexion était en cours de la part de certains acteurs des filières de produits cosmétiques. A cette époque on a commencé à pointer du doigt certaines incohérences et à soulever le fait que les marques affichaient des apparences parfois trompeuses auprès des consommateurs, faisant passer pour naturel des produits qui ne l’étaient pas. On a commencé à travailler sur des cahiers des charges sérieux qui pourraient garantir qu’un produit cosmétique répondait à des critères écologiques et étaient réellement composé de produits naturels et bio.
Alors que seul le BDIH ( certification allemande) offrait des garanties de naturalité, le label Cosmébio a été créé, Ecocert a établit aussi ses propres règles ainsi que Nature et progrès. Aujourd’hui différents autres labels (vegan et cruelty free pour les personnes sensibles à la cause animale mais aussi malheureusement des pseudo éco-label qui ne veulent pas dire grand chose) ont vu le jour et les marques jouent au green-washing et se plaisent à afficher des ingrédients naturels dans leur composition ou à attirer la convoitise en mettant en avant la présence d’un ingrédient bio. Je me méfie grandement de ces arguments marketing qui cachent souvent une composition déplorable !
Suite à la crainte des parabens, on a vu fleurir également des produits “sans” qui cache parfois un ingrédient au moins aussi ennuyeux si ce n’est plus que celui évité ! Je veux parler du méthylisothiazolinone
Heureusement, j’ai appris à faire la part des choses !
Aujourd’hui,  je te propose de t’aider à faire un peu le tri dans tes habitudes, parce que les produits que tu utilises peuvent avoir des effets néfastes sur le foetus.
D’une façon plus générale, le fait de t’apprêter à mettre au monde un enfant peut te donner envie d’agir de façon plus responsable et d’oeuvrer par tes habitudes de consommation à la protection de la planète.
Alors prête, voici ma petite liste noire !

Les dentifrices conventionnels

 

 

Je vais peut-être te surprendre mais l’un des tout premiers produits de soin que je te recommande de bannir est ton dentifrice “classique”, je veux dire celui que tu achètes en supermarchés et même en pharmacie !
 
Pourquoi ?
 
Les dentifrices conventionnels contiennent de nombreux excipients qu’il n’est pas du tout recommandable d’ingérer, ce qui pose quand même un problème. Je me doute bien que jamais l’idée d’avaler le tube de dentifrice ne te viendrai, mais que tu le veuilles ou non force est d’admettre que tu en ingurgites forcément un peu !
 
Alors qu’est ce que je leur reproche ?
 
Les dentifrices classiques contiennent des micro-billes de plastiques utilisées pour leurs effets abrasifs. C’est une double catastrophe: pour la santé de l’utilisateur d’une part (puisqu’on le sait maintenant les plastiques contiennent souvent du bisphénol A et des phtalates qui sont des perturateurs endocriniens) et pour l’environnement (ces micro-billes sont responsables de la formation du continent de plastique au large du Pacifique) !
Très souvent également les dentifrices conventionnels contiennent du triclosan, un excipient qui est lui aussi un redoutable perturbateur endocrinien. Il est suspecté d’induire des dysfonctionnement de la thyroïde, des troubles de la reproduction ainsi que des troubles du comportement chez l’enfant entre autres !
Bien entendu ils contiennent également contiennent du fluor…pour la soi disant protection contre les caries ! Et bien le fluor en question pose également problème ! Le fluor à petite dose n’est pas dangereux, mais en excès il le devient ! Il est suspecté d’être responsable à haute dose de nombreux problèmes, tels que des troubles de la croissance et de l’attention, une insuffisance rénale, des dysfonctionnement thyroïdiens, etc. On recommande de ne pas dépasser 1 mg de fluor par jour, dose qui est vite atteinte car d’autres produits de consommation courante en contiennent et il est naturellement présent dans l’alimentation !
A savoir: la dose létale pouvant entraîner la mort est de seulement 5 mg ! Information à retenir lorsque tu achètera le premier dentifrice de ton petit ! Ma toute petite adore le dentifrice, si par malheur elle trouve le tube de dentifrice sans que je m’en aperçoive elle est capable d’en ingérer tout le contenu, si celui que je lui achète contenait du fluor elle risquerait une intoxication!
Au rang des ingrédients pas terribles contenus dans un dentifrice, on peut aussi citer le lauryl sulfate de sodium qui n’est autre qu’un détergent et qui cause des dégâts sur les gencives. On peut enfin citer la glycérine qui empêchent une bonne minéralisation des dents !
Je te conseille donc de préférer un dentifrice issu d’une gamme bio en vérifiant qu’il ne contient pas de fluor ( à vérifier car selon les marques ce n’est pas toujours le cas ).

Les déodorants conventionnels

 

Ils contiennent généralement des sels d’aluminium à fuir absolument ! Ils font parties des agents responsables entre autres du cancer du sein. Et comme tout ingrédient que tu appliques sur ta peau, ils est susceptible de passer la barrière cutanée et de contaminer le placenta et donc le bébé in utéro. Si tu as l’intention d’allaiter, saches que les sels d’aluminium passent dans le lait maternel et sont donc nocifs pour ton bébé par ce biai aussi !

Je te conseille de choisir un déodorant certifié bio là encore !
La pierre d’alun peut-être une bonne solution à condition qu’elle soit composée de pure potassium d’alun et non d’aluminium !
On trouve aujourd’hui des déos solides qui présentent l’avantage d’être zéro déchets !

Les gels douches, shampoings et autres crèmes, lait ou huile de soin non “bio”

 

Je te recommande de fuir là encore les produits conventionnels qui contiennent des parabens dont on entend souvent parler et qui sont peu recommandables, des ethers de glycol ou encore des PEG (sous produits du pétrole).
Préfère les gammes écologiques certifiés par Ecocert, Nature et progrès ou avec le label Cosmébio.
Sois vigilante, beaucoup de marques mettent en avant un ingrédient bio ou une composition naturelle, cela ne fait pas de la formule une formule irréprochable !
Attention au label écologique européen également ou “Eco label”, ce label n’apporte pas de vraie garantie et les produits labellisés ainsi contiennent malheureusement souvent des produits issus de la pétrochimie !
D’une façon générale, je préfère comme en alimentation utiliser des produits bruts et ayant été peu transformé !
Une bonne huile végétale, un hydrolat de qualité valent mieux que de savants mélanges parfois complexes !

Le cas des crèmes solaires

 

Les crèmes solaires à base de filtres chimiques posent de véritables problèmes tant environnementaux qu’en terme de santé publique.
Le mieux là encore est de préférer une crème certifié bio à base de filtres minéral tel que le dioxyde de titane. Les fabricants ont beaucoup progressé sur la texture qui se fond de mieux en mieux sur la peau. Mais attention pour obtenir ce résultat, les fabricants ont parfois recours à des nano particules. En fait le doixyde de titane est réduit en poudre tellement fine qu’il en est réduit à l’état de nano particules. Le problème est que les nano-particules sont tellement fines qu’elles peuvent passer la barrière cutanée. Or dans le cas du dioxyde ce n’est pas souhaitable. Le dioxyde de titane est loin d’être irréprochable bien que ce soit un filtre d’origine naturelle autorisé en bio !
La meilleure des solutions consistent à éviter l’exposition au soleil aux heures les plus dangereuses pour éviter d’avoir à trop se tartiner de crème solaire !
En plus se tartiner de crèmes solaires nous prive de faire correctement le plein de vitamine D qui est synthétisée via la peau lors d’exposition au soleil !
Donc les crèmes solaires comme le soleil sont à utiliser à bon escient !
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest

Pin It on Pinterest

Share This
%d blogueurs aiment cette page :